Nulla Dies Sine Musica
Musiques anciennes jouées sur instruments historiques

La trompette naturelle.


NDSM_logo_petit.jpg

Clarino, clareta, tromba...

 

 

...forcément les appellations au cours de l'évolution de l'humanité furent nombreuses pour nommer l'ancêtre de la trompette, et il suffit de remonter jusqu'à l'antiquité Egyptienne, ou simplement Romaine avec son fameux "tubae" (qui n'a rien en commun avec l'instrument qui porte le même nom de nos jours) pour en trouver quelques exemples.

 

Dés lors il est aisé de constater que l'évolution de sa facture fut assez lente avant d'arriver aux grandes métamorphoses que le tourbillon du XIXème siècle lui apporta.

 

Trompette Egyptienne de Toutânkhamon

 

 

Pour résumer assez simplement, les trompettes juqu'au XIVème étaient généralement construitent de forme droite, ensuite on a pu couder les tubes de cuivre, leur donnant une forme plus ramassée, ou encore donner la possibilité de l'enrouler sur elle même (coiled trumpet).

Cet instrument de la famille des cuivres consiste essentiellement en un tube cylindrique (ou conique) qui se termne par un pavillon évasé, le son étant produit par les vibrations des lèvres de l'exécutant amplifié par une embouchure.

 

Leur principale caractéristique et leur mode d'émission sonore basé sur la série des harmoniques naturels:

 

 

L'inégalité de son tempérament se caractérise donc principalement par :


- des tierces pures
- les harmoniques 7 (si bémol4), 13 et 14 (la5 et si bémol5) qui sonnent bas
- l’harmonique 11 qui est utilisé soit comme fa bécarre5 ou fa dièse5.

 

On suppose aujourd'hui que l'ancêtre primitif de la trompette, son point de départ est tout simplement un porte voix, par exemple une conque marine ou tout simplement un roseau, dans lequel on soufflait dedans, bien loin de l'idée que nous avons maintenant d'une embouchure et dun pavillon.

 

L'instrument ne semble devenir "métallique" que bien plus tard et qu'elle sera d'un usage assez courant par les peuples de la haute Antiquité, comme nous venons de le voir chez les Egyptiens, était déjà un accessoire militaire et religieux en 1350 av. J.C.

Elle ne prend sa véritable dimension instrumentale qu'au XIIIème siècle environ chez les chrétiens.

 

A cette époque là, de l'Antiquité jusqu'à la moitié du XVIIIème siècle, la trompette était dépendante de son accord initial. Elle l'est restée pendant un certain temps jusqu'à ce que l'on trouve le principe des tons de rechange, ou que l'on adapte des coulisses ou des clefs pour en arriver finalement à l'adoption du système Périnet, utilisé par un grand nombre de trompettiste au début du XIXème siècle.

 


 Trompette naturelle Guitbert (XV) copiée par Estimbre Guy

 

 

Les sons que cet instrument émet s'entendant à grande distance, impliquérent le fait que dés son apparition elle fut employée à des fins de communication. Très rapidement son rôle devint plus précis comme la transmission des signaux dans le domaine militaire puis dans les cérémonies religieuses.

Dés lors, cet instrument est utilisé pour rythmer les différents moments du jour mais aussi de la vie en général, ou pour annoncer de grands événements.

 

Avec un tel passé militaire et religieux on pourrait se demander si l'instrument n'allait pas souffrir d'une mauvaise image qui pourrait nuire à son évolution. La réponse est non, elle a su évoluer, avec pour première marche son acceptation au sein de l'orchestre, avec des compositeurs comme Bach ou Purcell, mais aussi, en tant que soliste, comme chez Biber, Haydn, Fasch, Bach (encore lui), Stradella, Torelli, et bien d'autres encore.

 

Le but ici n'est pas de déterminer si ce sont les trompettistes qui par leurs techniques différentes, ou leurs performances ont poussés les compositeurs à écrire de la musique pour eux car force est de constater que ce n'est pas valable pour tous les trompettistes. Ainsi, il est possible de dire qu'à ce moment là, les trompettistes se spécialisérent, certains cherchant à être plus efficace dans le registre grave de l'instrument complétant ainsi parfaitement ceux  qui allaient partir à la conquête et essayer d'explorer les limites du registre aigu de la trompette que l'on appelle "clarino" et lui permettre de devenir un instrument soliste de tout premier ordre.

 

Trompette et son bocal,
gravure de l'Harmonie Universelle
de Marin Mersennes, Paris 1636

 

 

Page écrite par Estimbre Guy.